Ouvrir une chambre d’hôte, bon plan ou galère ?

Ouvrir une chambre d’hôte, cette activité séduit de plus en plus en France. Héberger des touristes chez soi peut devenir lucratif pour les habitants. Un mode de vie intéressant, mais qui comporte aussi des risques. Voici en tant que propriétaires les points essentiels à connaitre pour lancer un projet de maison d’hôte rentable.

 

 

L’envie d’une autre mode de vie

 

La tendance s’accentue sur le territoire français depuis une vingtaine d’années. Selon les estimations, jusqu’à 2500 personnes ouvrent une chambre d’hôte chaque année. Le compte commence 4700 au début des années 2000 et à présent, le nombre s’élève à 37 000, soit une augmentation de 8 fois.

 

Quelle motivation a stimulé cette croissance ? L’appel de l’original et de l’authentique convainc les citadins. Apprendre un nouveau style de vie tout en exerçant une profession, c’est ce qui aspire jeune et vieux, loin du salariat classique et de la routine lassante des villes.

 

Plus proches d’un épanouissement de soi, ces gens ont fait le choix d’un bénéfice modeste, d’une vie sans frontière avec des étrangers et d’une existence paisible.

 

Qui peut lancer une chambre d’hôte ?

 

Les études montrent qu’une tranche en particulier domine dans l’aventure d’une maison d’hôte, notamment, entre 30 – 50 ans.

 

Les personnes âgées, chômeurs ou retraités, fournissent d’abord une explication. Ils comptent sur cette source de revenus pour payer des besoins complémentaires.

 

Cette initiative conquiert aussi les jeunes, plus d’une trentenaire. Ce sont surtout des personnes qui ont très tôt réussi leurs carrières professionnelles. Puis, un jour, décide de s’éloigner du stress. Ainsi, ils redécouvrent la vie d’une autre manière tout en proposant un produit aux touristes locales. Leurs mobiles c’est de vivre pleinement leurs passions.

 

La démarche à suivre

 

Pour se lancer dans une chambre d’hôte, quelques conditions s’imposent. Au début, commencez par travailler l’offre. Une pièce de 9 m2 suffit pour accueillir les touristes. Les salles d’eau, un endroit pour déjeuner et dormir doivent être inclus. 

 

Et la loi clarifie que l’habitant peut ouvrir 5 chambres au maximum et une capacité d’accueil adapté à 15 personnes au maximum. De plus, vous devez fournir le linge et le petit –déjeuner. En outre, pour règlementer votre activité, le déclarer à la mairie suffit au départ, mais à long terme, il faut s’immatriculer au registre du commerce.

 

Quelques obligations fiscales demeurent aussi à respecter. Les revenus générés par les maisons d’hôtes restent équivalents aux bénéfices industriels et commerciaux. L’imposition s’applique aux frais réels ou avec une réduction sur le chiffre d’affaires.

 

La question de rentabilité

 

Les opportunités augmentent sans cesse dans ce secteur. L’offre de location à court terme atteint 23 000 loueurs en France. En moyenne, une nuitée pour deux personnes coûte 86 euros en moyenne, petit déjeuner et service minimum inclus. Leur chiffre d’affaires avoisine les 30 000 euros par an. Ces moyennes varient selon la région et la situation de l’offre.

 

Aussi, côté imposition annuelle, les maisons d’hôtes acquièrent un revenu net avant impôt de 8700 euros.

 

Ces chiffres prouvent qu’un projet de maison d’hôte peut s’avérer assez rentable si l’on y met son enthousiasme.

 

 

Auteur

Thomas Nbab

Thomas Nbab

Rédacteur et expert marketing

Partage

Facebook
Twitter
LinkedIn

Autres articles

Nos conseils en matière d’assurance auto

L’assurance automobile n’est peut-être pas aussi agréable que de parcourir les routes de campagne au volant d’une nouvelle voiture électrique, mais elle peut certainement vous